Un traducteur specialise

Bien entendu, la croyance erronée la plus en vogue concernant le travail d'un traducteur est qu'il existe une soi-disant traduction littérale entre deux langues quelconques, ce qui la rend calme et presque automatique. Malheureusement, les réalités sont tout à fait opposées et la procédure de traduction est presque toujours pleine d'opportunités, de même que le mélange involontaire d'idiomes et d'usages des deux langues. aux groupes scientifiques et supposent à tort qu'il existe des contacts directs entre des mots et des phrases spécifiques dans d'autres langues. Un autre malentendu est l'opinion selon laquelle certaines formes de traduction peuvent être dupliquées en cryptographie.

Le travail du traducteur ne concerne jamais uniquement le codage et le décodage irréfléchis entre la langue source et la langue cible utilisant un dictionnaire comme aide scientifique, car le travail de l'auteur des traductions ne ressemble pas au fonctionnement du traducteur. Nous devons parfois faire face à des traductions automatiques (également appelées traductions automatiques ou informatisées, c’est-à-dire des textes traduits automatiquement par un programme informatique. Bien que la technologie des traducteurs se modernise et implémente toujours des solutions innovantes, la traduction automatique ne représente alors pas un niveau satisfaisant. Néanmoins, les logiciels complexes de traduction assistée par ordinateur (TAO deviennent de plus en plus populaires, ce qui facilite le processus de traduction par le biais des traducteurs.

Il n’est pas difficile de demander à des experts dans des villes spécifiques comme Varsovie, bien que la compréhension soit une tâche compliquée pour laquelle l’auteur souhaite traduire de grandes connaissances, un grand engagement et une préparation de fond. Il existe cependant des différences stylistiques et de ponctuation entre les langues soumises à la traduction, qui compliquent encore plus la procédure de traduction. Parmi les problèmes de langue rencontrés par un traducteur anglais, le soi-disant l’interférence linguistique, c’est-à-dire inconsciente, combinant les caractéristiques de la langue principale et de la langue cible dans des signes apparemment similaires (par exemple, l’adjectif anglais Pathetic & nbsp; ne signifie pas pathétique, mais pathétique. Parfois, les mots d'autres langues ont une sonorité presque identique alors que leurs marques sont diamétralement différentes. C'est pourquoi un traducteur doit être qualifié non seulement en termes linguistiques, mais également en termes de connaissance des réalisations culturelles des utilisateurs d'un discours donné.